L' Empress, la jonque de l'imaginaire Index du Forum
 
 
 
L' Empress, la jonque de l'imaginaire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Notre amour

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L' Empress, la jonque de l'imaginaire Index du Forum -> WILLIAM TURNER & ELIZABETH SWANN -> Les One Shot -> Rating K à M
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
polinette sparrow
Auteur
Auteur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2007
Messages: 57
Localisation: paté de sable entre port royal et tortuga
Sexe: Féminin
Couple préféré: Sparrabeth Norrybeth

MessagePosté le: Dim 16 Sep - 00:58 (2007)    Sujet du message: Notre amour Répondre en citant

La scène de PDC 1 ou LIz et Will se retrouvent dans les cales de l'intercepteur

Disclaimer: J'ai tout piqué à Disney

Genre: Bah romance!

Rating: T


Notre amour nous guidera


Dans la cale d’un navire aux voiles couleurs de neige, une jeune femme aux yeux brûlants et au cheveux de la couleur de l’astre du jour pestait contre le monde entier. Enfin surtout contre les pirates, ces êtres vils et désobligeants qui venaient de briser ses rêves romantiques autours de leurs semblables. Barbossa, quel horrible personnage. Et cet homme à la peau plus noire que la nuit qui l’avait giflée sans la connaître. Pire encore, ces deux affreux qui l’avaient observée quand elle s’habillait…

Elle haïssait les pirates… Sauf deux d’entre eux… L’un portait un nom d’oiseau et avait comme ressemblance avec eux leur envie de liberté et leur malice. Sans oublier des yeux à se damner… L’autre s’était lancé à l’aventure pour la sauver...

Cet autre se trouvait à quelques centimètres d’elle, et de le savoir si proche le cœur de la jeune fille s’emballait. Elle enroulait autour de sa main coupée un linge propre, à la lueur vacillante d’une chandelle. Elle ne prenait pas garde à ce qui l’entourait, ni au regard tendre et protecteur de son ami. Le jeune homme admirait les courbes qui se dessinaient sous la robe couleur bordeaux. Ses yeux s’attardaient sur ces lèvres frémissantes, cette gorge palpitante, ce ventre si tendre et ces ondulation de hanches.

Le jeune homme déglutit péniblement, en se souvenant que ça n’était pas très convenable pour un forgeron d’aimer, de désirer et d’observer avec une telle impudeur une jeune fille de la haute société, surtout la fille du gouverneur de Port Royal. Combien de fois il avait rêvé d’un instant de solitude avec celle qui occupait ses pensées, jours et nuits, depuis son enfance. Il releva ses yeux naïfs et sincères vers une jeune femme qui faisait tourner la tête à bien des hommes dans les Caraïbes, à commencer par l’influent commodore Norrington, qui lui avait demandé sa main et qui lui offrirait tout ce qu’elle méritait, tout ce que lui ne pouvait le offrir avec son métier de forgeron...

Une femme à laquelle son cœur était enchaîné. La créature qui lui causait tant de tourments dans son âme arborait des cheveux couleurs de blés mûrs, mêlés avec quelques mèches d’un blond cendré. Ses cheveux formaient une corolle autour de sa tête aux traits finement dessinés, et cascadaient comme de l’eau le long de son dos, avec de grosses boucles anglaises et quelques mèches rebelles. Cela faisant plus de dix fois que la jeune femme tentait de panser ses plaies, mais elle avait plus l’habitude de broder que de soigner les blessures occasionnées par un sabre d’abordage.

Le jeune homme hocha la tête avec tendresse et se saisit doucement de la main de son amie. Elizabeth Swann la lui laissa, sentant une vague chaleur embraser son cœur et le creux de ses reins. Jamais William Turner n’avait posé ses mains sur elle, des mains qu’elle attendait avec impatience depuis leur première rencontre. Will avait de grandes qualités : il était loyal, amoureux et sincère… sans oublier d’un romantisme à faire se damner plus d’une femme. Mais Elizabeth se désolait de tout ceci. Car en effet, toutes ses valeurs les séparaient plus que tout autre chose. Will seul, avait instauré entre eux des barrières de classes sociales qu’elle aurait aisément pu braver…

D’ailleurs elle se battait pour qu’il la tutoie et qu’il l’appelle par son prénom… Mais elle n’était pas tout à fait sûre que le jeune homme l’aimait… Avant qu’il le lui saisisse la main, avant qu’il ne la serre comme il le faisait… Avant qu’elle ne le sente frémir sous le simple contact de sa peau. Elizabeth se sentit soudain pleinement heureuse, stupidement et totalement heureuse en fait, elle oubliait la douleur de sa blessure, la fatigue, la peur, il n’y avait à cet instant plus que Will, sa main enserrant la sienne, et sa bonne odeur de fleurs… Plus rien que sa peau contre la sienne, que leurs souffles et leurs corps qui ne demandaient qu’à se découvrir… Elizabeth souffla doucement et ferma les yeux, en se disant :

-« Cet instant serait parfait, si le monde était un monde de paix, comme il ne le sera jamais. Celui là je le laisse bien volontiers aux tous ces pirates, ces rufians… Sauf à Jack… Will et moi allons créer le nôtre. Nous connaîtrons le doute, les pleurs, la peur… Mais tout au fond de mon cœur, je sais qu’un jour notre amour guidera nos pas, pour toujours… Si lui est près de moi. La nuit qui nous entourera fera place au jour, et enfin tout s’éclairera, car il sera là… Notre amour nous guidera… »

Un murmure la fit sortir de sa torpeur. Une voix rauque presque, chaude et envoûtante. Une voix qu’elle connaissait, mais qu’elle n’avait jamais entendue à son égard. Will tout d’un coup agissait envers elle comme envers une adulte. Il demanda, avec curiosité, mais aussi pour savoir s’il pouvait tenter sa chance auprès de la jeune fille…

Vous dites vous être présentée sous mon nom à Barbossa… Pourquoi ? »




Le cœur du jeune homme battait la chamade dans sa poitrine. Elizabeth hocha la tête, gênée. Elle ne pensait pas que Will lui ferait remarquer ce détail, qui pourtant les avaient entraîné dans une histoire insensée… Elle sentit son cœur donner des coups dans sa poitrine, et le sang frapper un peu plus violemment se tempes. Elle respira profondément pour gagner du temps, pour reprendre ses esprits aussi, et pour gagner du temps, afin de trouver un mensonge crédible. Elle sourit doucement, et elle répondit en baissant les yeux :

-« Je ne sais pas… »

Elle ne savait que trop bien pourquoi elle avait donné ce nom et pas le sien au pirate. D’abord parce qu’elle aimait Will, comme son prince charmant, qui allait la sauver de ses ennemis. Mais il y avait aussi autre chose… Elle rêvait de partager la vie du jeune homme, d’être sa femme… Ce qui ferait d’elle Elizabeth Turner… Donc ça n’était pas vraiment un mensonge ce qu’elle avait dit à Barbossa. Juste ce qu’elle voulait devenir. Et enfin, Will l’avait toujours protégée. Sans doute pensait elle que son nom la protègerait aussi.

Un silence s’instaura dans la pièce. Une flamme brûlait doucement, faisant danser sur leur visage des ombres inquiétantes, mais qui stimulaient leur amour… Will trop absorbé par cette révélation qui en disait long sur les sentiments d’Elizabeth noua trop violemment le linge autour de la main de la jeune fille. De douleur, elle gémit, et retira sa main.

Oh ! »

Will observait la scène d’un air désolé. Il lui avait fait mal, il ne voulait pas pourtant… Il voulu s’excuser, et prononça précipitamment :

Je suis navré, des mains de forgeron, elles sont un peu rudes… »

Durant l’infime silence qui suivit, il se demanda comment Elizabeth allait réagir. Allait elle l’éconduire comme bon nombre de jeunes hommes qui avaient commis la folie de l’aimer ? Ou au contraire lui offrir ses faveurs. Elizabeth ne calculait plus rien, elle laissait parler son cœur, et la chaleur de plus en plus forte qui sommeillait au creux de son ventre :



-« Non ! Enfin si, elle sont un peu dures mais… Ne vous arrêtez pas ! »

Elle lui offrit un regard de braise, emplit d’amour et de désir. Ses yeux brillaient d’un éclat que Will ne leurs connaissaient pas. Un éclat qui l’émoustilla tout entier, et qui l’enhardi. Ces prunelles sombres venaient d’embraser encore son âme, et il se rendit compte qu’il devait rendre les armes. Ces yeux noisettes avaient gagné la bataille qui se livrait dans son cœur et son âme, à savoir leur différence de classe, et l’amour qu’il pourrait à cette femme. Depuis des années Will se mourait d’amour.

Elizabeth de son côté se consumait de désir pour les tendres prunelles du jeune forgeron de Port Royal. Elle s’était toujours fait violence pour l’oublier. Mais cela lui était impossible. Elle ne voulait à présent que goûter ses lèvres, encadrées par une fine moustache, que toucher sa peau… Will approcha tendrement sa main, il voulait sentir la douceur des courbes de son amie, se réveiller dans sa chaleur au petit jour, et la protéger encore et toujours... Il voulait lui offrir son coeur mais aussi son corps, que l'esprit et la chair se mêlent enfin, dans une nuit d'ivresse... Une ivresse due à l'amour et au désir qu'il éprouvait pour la jeune fille. Il s’approcha un peu plus du visage de la jeune femme.

Instinctivement, Elizabeth imita son ami. Ils étaient maintenant si proche que Will sentait l’odeur de vanille de la femme qu’il aimait… Tandis qu’il fouillait de ses yeux l’âme et le cœur de le jeune fille, une vérité éclatante s’imposa à lui.

-« Avant j’avais peur d’aimer. Mais maintenant je sais que quand l’amour est véritable, il ne meurt jamais. Un monde parfait brille dans ses yeux. Si le monde pouvait un jour être amoureux, il nous unirait tous les deux. Je sais, je sens, qu’un jour notre amour guidera nos pas pour toujours, si elle est près de moi. La nuit fera place au jour, et tout s’éclairera, car elle sera là. Notre amour nous guidera… »

Will fit glisser sa main rugueuse contre la peau de lait d’Elizabeth. Le jeune homme pu apprécier la douceur de la carnation de son amie. Une peau aussi douce qu ‘un pétale de rose, aussi veloutée d’une pêche. Elizabeth se sentit frémir sous les doigts du forgeron. Ces mains calleuses sur sa chair lui procurait un sentiment de bien être absolu, elle se sentait enfin entière, enfin femme… Enfin elle acceptait ce qui avait toujours été.



Will se sentait fondre au fur et à mesure que sa main descendait le long du visage d'Elizabeth, sans qu'il ne songe à s'en offusquer... Ni elle d'ailleurs. Le sang commençait à lui battre les tempes, et son souffle se fit plus court. Il voulait goûter à ce fruit défendu qu'il adorait. Il sentit sa gorge s'assécher peu à peu, et il commençait à ne plus contrôler ses sentiments... Des sentiments et des pulsions qu'il ne connaissait pas, avant cet instant. Avant de poser sa paume sur cette peau fraiche et tendre... Elizabeth sourit quand la voix de l’homme qu’elle aimait murmura amoureusement :

-« Elizabeth… »

Une voix qu’elle adorait, qui lui retourna le cœur. La main s’attarda le long de sa joue et de ses lèvres. Elizabeth sursauta, et repensa au médaillon. Si elle voulait aller plus loin avec Will à ses côtés, elle devait être honnête avec lui, lui avouer la vérité.

Elle se saisit de la main de son compagnon et la fit glisser le long de son cou, puis de sa gorge. Will sentait la peau frémir sous ses doigts, il n’attendait que le bon moment pour avouer à la jeune femme son amour et sceller ses tendres serments par un baiser. Un baiser ou il donnerait tout, le désir refoulé depuis de si longues années, l'amour aussi, le plaisir d'avoir été préféré à James Norrington. Il s'approcha un peu plus de ce visage qu'il idolatrait, et pensant que la jeune fille venait de faire tomber ses dernières barrières contre l'assouvissement de leur désir commun il tendit les lèvres pour l'embrasser. Il voulait découvrir Elizabeth, découvrir son corps et cette chair offerte...

Mais il découvrit à la place, un objet qui lui était très cher, là, à la naissance de la poitrine d’Elizabeth. D’ailleurs, il devint pourpre quand il se rendit compte de l’endroit où il avait fourré sa main. Elle se trouvait dans l’entre deux seins de la jeune femme. Mais le visage serein d’Elizabeth chassa de son cœur toute inquiétude. Il se re- concentra donc sur le médaillon qu’il croyait perdu et qui se trouvait là, au creux de sa main. Elizabeth murmura avec tendresse :

-« Il est à toi.
-Je croyais l’avoir perdu le jour ou vous m’avez sauvé. C’était un cadeau de mon père »
Murmura le jeune homme, touché de retrouver un vieux souvenir, et de pouvoir inclure Elizabeth dedans. Ainsi il lui montrait qu’elle avait toujours eu une place importante dans sa vie. Mais ce qui le touchait le plus c’était l’expression du visage de la jeune femme. Une sorte de malaise et de repentir.

Puis, il comprit qu’elle le lui avait volé. Qu’elle lui avait volé le seul souvenir qu’il possédait de son père. Et qu’elle l’avait fait souffrir sans le savoir. Cette perte l’avait profondément affecté. Mais le pire, c’était qu’en rassemblant les éléments du puzzle, il se rendait compte que ce qu’il avait toujours détesté, c’était tout ce que son père aimait. Qu’il ne pourrait jamais être ce fils que son père aurait certainement rêvé d’avoir. Un pirate. Pirates de pères en fils. Il reprit amer et rude :


-« Pourquoi me l’avoir pris ? »

Elizabeth ne s’attendait pas à un changement de ton si brusque. La magie s’était évanouie. Will était redevenu le même, froid, distant, et reconstruisant la barrière qui les séparait. Les larmes lui montèrent aux joues. Elle avait tout gâché, alors qu’elle était si près du but. Et pourtant tout ce qu’elle voulait c’est qu’il la serre dans ses bras, et que le temps s’arrête. Elle murmura, la voix brisée par les larmes :

« -Parce que j’avais peur que tu sois un pirate ! Ca aurait été terrible ! »

Elle ne comprenait pas pourquoi Will la repoussait, pourquoi Will la blessait, alors qu’il l’aimait, maintenant elle en était certaine. Le jeune homme détourna son regard d’elle pour observer le médaillon qui se trouvait dans sa main. Puis il comprit pourquoi Barbossa avait enlevé Elizabeth… il lui lança un regard rempli d’amour et de tendresse, mais aussi profondément triste et perdu, un regard qui fit fondre le cœur d’Elizabeth.

-« Ce n’était pas de votre sang dont ils avaient besoin… C’était de mon sang… Le sang d’un pirate. »

Il serra encore plus fort la pièce d’or qui venait de lui voler l’instant dont il rêvait jour et nuit depuis de si longues années. Elizabeth, déboussolée, ne comprenant pas ce nouveau sentiment qui inondait son corps et son âme reprit :



-« Will je t’en supplie, excuses moi ! »

Pour toute réponse le jeune homme frappa du poing sur la table. N’y tenant plus, ne voulant pas pleurer devant celui qu’elle aimait, Elizabeth sortit de la pièce avec précipitation. Avant de passer le pas de la porte, elle jeta un dernier regard à Will Turner, l’homme auquel elle réservait ses jours et ses nuits, l’homme qui deviendrait son époux, l’homme qu’elle pensait pouvoir aimer toujours malgré les épreuves et les tentations. Son cœur s’emplit de tendresse et elle se dit :

-« Un jour l’amour nous guidera… Notre amour nous guidera… »

Puis elle s’enfuit dans un mouvement de robes et de jupons. Ce froissement d’étoffes, Will le perçut et, tout en observant le médaillon posé sur la table face à lui, il se jura qu’Elizabeth saurait un jour qu’un jeune forgeron pourrait donner sa vie et son cœur pour elle. Il murmura au vide :

-« Mon cœur t’appartiendra toujours, Elizabeth… et il t’a toujours appartenu. J’espère seulement que lorsque je le déposerais à tes pieds tu en prendras soin. »

Des cris sur le pont le tirèrent de sa rêverie. Il rejoignit l’équipage, et aperçut un navires aux voiles déchirées et d’encres. Le Pearl. Il fallait attaquer. Will et Elizabeth croisèrent leurs regards, et chacun, se murmura pour lui-même en fouillant des yeux l’âme de l’autre :

-« Un jour notre amour nous guidera ! »
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 16 Sep - 00:58 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Vince Sparrow
Lecteur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2007
Messages: 93
Sexe: Masculin
Couple préféré: willa et sparra

MessagePosté le: Lun 17 Sep - 14:46 (2007)    Sujet du message: Notre amour Répondre en citant

g relu c tré bo
_________________



merci jess , queenie et clone
Revenir en haut
MSN
Syrène
Lecteur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2007
Messages: 81
Localisation: Un jour sur le Black Pearl, le lendemain sur le Hollandais Volant
Sexe: Féminin
Couple préféré: Will / Elisabeth

MessagePosté le: Mar 25 Sep - 20:11 (2007)    Sujet du message: Notre amour Répondre en citant

C’est moi qui fonds en lisant ça.
C’est beau comme tout, c’est tendre, ça vous met des papillons plein la tête.
Bref, à inclure dans ma collection.  
Revenir en haut
Lilimimi
Auteur
Auteur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2007
Messages: 87
Localisation: Avec Jack, evidemment !
Sexe: Féminin
Couple préféré: Sparrabeth !!!!!!

MessagePosté le: Jeu 27 Sep - 18:22 (2007)    Sujet du message: Notre amour Répondre en citant

Superbe ! Même si je suis Sparra à donf, je trouve que c'est très beau !
_________________
One Day... You won't be able to resist...
Revenir en haut
MSN
Captainjackisthebest
Auteur
Auteur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2007
Messages: 34
Localisation: Avec Jack
Sexe: Féminin
Couple préféré: Sparra et Willa

MessagePosté le: Dim 16 Déc - 20:03 (2007)    Sujet du message: Notre amour Répondre en citant

c'est super beau !! bravo  Okay
_________________
I LOVE YOU JAAAAAAAAAAAAAACK !!!!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Willizzie
Auteur
Auteur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Nov 2008
Messages: 23
Localisation: Planquée quelque part entre Port-Royal et Molokaï, un bouquin sur les genoux.
Sexe: Féminin
Couple préféré: Willabeth

MessagePosté le: Mer 5 Nov - 22:26 (2008)    Sujet du message: Notre amour Répondre en citant

Super ! Mais la chanson c'est pas dans le Roi Lion 2, avec Kovou et Kiara?
_________________
Un idéal ?
The Pirate Way of Life !
Loin des contraintes et des règles de bonne conduite !
Bouteille de rhum (n'est-ce pas Cap'tain Sparrow?) et 2 kilos de pommes Barbossa !

Revenir en haut
MSN
Lizabeth
Lecteur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2009
Messages: 22
Localisation: FF NET
Sexe: Féminin
Couple préféré: Will & Eliza

MessagePosté le: Dim 15 Fév - 01:09 (2009)    Sujet du message: Notre amour Répondre en citant

Ah merci à la revieweuse précédente d'avoir éclairé ma lanterne. C'est l'impression que j'ai eue en lisant ta fic, celle de lire une comédie musicale populaire qui ratisse large en servant tout les clichés du genre.

Citation:
Will fit glisser sa main rugueuse contre la peau de lait d’Elizabeth. Le jeune homme pu apprécier la douceur de la carnation de son amie. Une peau aussi douce qu ‘un pétale de rose, aussi veloutée d’une pêche. Elizabeth se sentit frémir sous les doigts du forgeron. Ces mains calleuses sur sa chair lui procurait un sentiment de bien être absolu, elle se sentait enfin entière, enfin femme… Enfin elle acceptait ce qui avait toujours été.

Trop de détails, en plus des choses très passe partout utilisées par les auteurs de romans de gare. Il pourrait se passer quelque chose mais ton style est trop sucré pour moi. Pourtant tu écris bien, mais ça reste encore trop immature et ça manque trop de personnalité pour me plaire vraiment.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:57 (2017)    Sujet du message: Notre amour

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L' Empress, la jonque de l'imaginaire Index du Forum -> WILLIAM TURNER & ELIZABETH SWANN -> Les One Shot -> Rating K à M Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com