L' Empress, la jonque de l'imaginaire Index du Forum
 
 
 
L' Empress, la jonque de l'imaginaire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Tears to share

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L' Empress, la jonque de l'imaginaire Index du Forum -> WILLIAM TURNER & ELIZABETH SWANN -> Les One Shot -> Rating K à M
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
polinette sparrow
Auteur
Auteur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2007
Messages: 57
Localisation: paté de sable entre port royal et tortuga
Sexe: Féminin
Couple préféré: Sparrabeth Norrybeth

MessagePosté le: Lun 25 Fév - 01:08 (2008)    Sujet du message: Tears to share Répondre en citant

Disclamer: Tout est à disney!

Rating: AP

Genre... Bonne question! Confused hummmmm... Aventure et romance?

Avis aux lecteurs... C'est sur les relations tumultueuses entre les 2 tourtereaux APRES DMC!

sur ce salut!

Tears to share...

Une aura toute particulière baignait cette fin d’après midi, dans la chaleur suffocante des Caraïbes. Ce soleil décroissait et commençait à disparaître à l’horizon. Une belle nuit s’annonçait en réalité. Une nuit qui apporterait repos, calme et volupté au navire à voiles noires qui écumaient les mers turquoise, comme une âme en perdition. Pourtant, juste sous le pont, une jeune femme restait là, perdue dans ses pensées. Elle arborait un vêtement asiatique, des cheveux couleurs de soleil cascadaient le long de ses épaules, pour mourir au creux de ses reins.

 Elle possédait cette douceur, ce charme, ce charisme, si caractéristiques des jeunes femmes de bonne société. Et en effet, elle n’avait pas toujours vécue ainsi. Quelques mois auparavant encore, elle évoluait dans un monde de plaisirs, de fêtes et de dentelles… Elle savait ce qu’elle voulait à l’époque. Elle était amoureuse de son fiancé, à en mourir. Et puis il y avait eu ce mariage avorté, ce coffre maudit, il y avait eu un homme au regard brûlant, épris de liberté… Il y avait eu ces mains, son souffle, sa chair… Et pire que tout, il y avait eu cet amour, naissant au creux de son cœur, lui faisant oublier son véritable fiancé… Enfin, l’inévitable… Elle avait du dire adieu à ce pirate si cher à son cœur… Elle l’avait envoyé à la mort, par un baiser.

 Un baiser qu’elle aurait voulu lui donner dans de toutes autres circonstances. Et pourtant. Elle avait tué l’homme qu’elle désirait, qu’elle chérissait plus que sa propre vie, pour sauver un homme qu’elle aimait sincèrement, mais dont elle savait que jamais il ne serait l’amant qu’elle voulait. Et depuis la mort de son pirate, la jeune fille au rire si clair, au sourire si charmant, n’était plus que l’ombre d’elle-même. Elle se trouvait au pied de l’échelle qui menait aux cabines. Une moitié de son visage dans la nuit, l’autre en pleine lumière. Cette fois ci, elle avait besoin de se sentir en paix. D’être seule. Pour penser encore un peu à celui qu’elle ne reverrait jamais. Elle saisit sa tête dans ses mains…
Dancing bears
Painted wings  
Things I almost remember  
And a song someone sings  
Once upon a December  
 

Un jeune homme à la mine sombre observait cette créature qui épanchait sa peine. Son cœur se serra dans sa poitrine. De là où il se trouvait sur le pont, il la devinait à peine. Elle ne voyait certainement de lui qu’un manteau qui traîne, il entrapercevait une peau de lait. Il était une ombre et elle une clarté. Il restait en retrait, laissant sa jolie fiancée épancher sa peine, une peine qui lui broyait le cœur, qui le tuait à chaque instant depuis qu’il l’avait découverte, embrassant un pirate épris de liberté, avant de le laisser à la mort.

 Pourtant, cette fois ci, de voir cette peau si douce frémir pour un autre, ses épaules frémissante pour son pire ennemi, pour celui qui la lui volait même dans la mort, il ne put plus contenir sa rancune. Il laissa là son poste, et décida qu’il fallait qu’ils aient une conversation d’adulte, elle et lui... lui et elle... Il descendit, d’un pas léger et charmant. Elle continuait de verser des larmes amères, mais en l’entendant, en reconaissant son pas, elle ne pu s’empêcher de sourire. Il avait toujours été si prévenant. Elle releva ses yeux embués de larmes, et observa son fiancé, l’air navré. Devant de regard, il n’eut pas le cœur de la repousser. Pas tout de suite. Elle le détaillait. Elle décrivait son torse massif et protecteur, ce visage contracté et fermé. Elle aimait ce qu’il était devenu.

 Pourtant elle ne parvenait pas à oublier son pirate. Elle se blottit contre le buste du jeune homme et commença à pleurer doucement, des larmes chaudes et amères, tout en passant sa main d’écume dans les cheveux châtains de son ami. Ne sachant que faire, il la laissa faire gêné. Lui aussi, il lui manquait. Le capitaine lui manquait cruellement, mais non pas pour les mêmes raisons… Il avait besoin de lui pour sauver son père. Il avait besoin de lui pour sentir bien. Il avait besoin de son amitié et de son inventivité. Il avait besoin de sa folie aussi. Et surtout, du Black Pearl.

 Il glissa sa main sur les courbes de sa fiancée, cherchant à la réconforter une fois de plus. Son cœur le brûlait. Elle le faisait souffrir, et pourtant, il acceptait. Mais jusqu’à quand ? Lui aussi planta son regard dans le vague, se remémorant les bons moments passés aux côtés du pirate. Tous les trois avaient été imbriqués, amis, et maintenant que l’un d’entre eux était parti, plus rien n’allait. Sa fiancée l’avait trompé, il lui en voulait cruellement, à elle et à lui. Mais il pensait que comme toutes les blessures, celle-ci se refermerait. Mais depuis des mois, elle ne cessait de saigner… Oui, ils avaient besoin de ce moineau de malheur…


Someone holds me safe and warm
Horses dance through a silver storm  
Figures dancing gracefully  
Across my memory  
-Jack...
Le jeune homme frémit devant ce nom, et observa sa fiancée. Jamais depuis sa mort, elle n ‘avait prononcé son nom. Et jamais auparavant, il ne l’avait entendu murmurer ce prénom avec tant de tendresse, de désespoir et d’amour mêlés. Jamais elle n’avait prononcé son prénom,à lui, ainsi. La sourde colère qui bouillait en lui explosa. Il fulminait, sa rage s’écoulait comme un volcan en éruption dans ses veines. Il la repoussa avec violence.

Elle s’écrasa sur le sol, et releva vers lui des yeux surpris, elle ne comprenait pas cet éclat de colère de la part du jeune homme. Toujours à terre, elle le détailla : plus rien de tendre dans ses prunelles, qu’une flamme brûlante et dévorante… Son œil luisait de désir et de jalousie… Il s’était relevé vivement, et la toisait de toute sa hauteur, de toute sa superbe. Elle gémit, craintive :

- William, que t’arrives t’il ? Je ne te reconnais plus ?

Il jeta vers elle un regard cruel, et la redressa avec un geste brusque. Elle se laissa faire. Jamais Will ne l’avait traitée ainsi. Toujours il avait été empli de douceur, là il se comportait comme le dernier des goujats. Elle avait peur. Un silence s’installa entre eux. Un silence angoissant. Un silence de mort. Puis, Will reprit, d’un ton rude :

- Tu connais déjà ma réponse, Elizabeth… Ou devrais-je dire Lizzie, pour mieux te plaire ?

Elizabeth releva son beau visage. Ainsi Will savait. Comment avait elle pu en douter ? Il était un peu lent à comprendre parfois, mais là, il savait. Elle reprit d’une petite voix :

- Tu savais donc, pour lui et moi ?
-Je ne suis pas un idiot Elizabeth !
-Je… Je l’ai tué… Je l’ai envoyé à la mort pour te sauver !
-Et tu crois que je vais te croire ? Alors que tu m’as caché la vérité, durant tout ce temps ?
-Will, je l’ai perdu, je l’ai envoyé là bas en sachant ce que je faisait ! Je suis une meurtrière !
-Je ne te le fais pas dire… En plus de tuer Jack, tu as tué ce qui comptait le plus à mes yeux… L’affection sincère que je te portais ! Mais peut être était ce ce que tu cherchais ?
-Comment peux tu dire ça ? Sa perte est une terrible épreuve, c’est vrai, mais te savoir mort aurait été plus terrible encore. J’en serais morte de chagrin, Will, il faut que tu me croies !

Il la dévisagea, méfiant. Il aurait tellement voulu que ça soit vrai. Qu’elle lui dise la vérité. Qu’elle ai embrassé Jack pour le sauver… Il se remémora les jours heureux, où il aimait la fille du gouverneur de Port-Royal, et où il se savait aimé d’elle.


Someone holds me safe and warm
Horses dance through a silver storm  
Figures dancing gracefully  
Across my memory  
 
 



Elizabeth contracta tous ses muscles, instinctivement. Will ne se laisserait pas prendre elle le savait. Il avait bien changé depuis la mort de Jack. Il était devenu froid, distant, cynique... Calculateur en plus... Du jeune forgeron de port royal, plus rien ne subsistait. Il était devenu quelqu’un d’autre. Quelqu’un qu’elle ne comprenait pas. Dont elle ne pouvait pas prévoir les réactions. Elle le vit rouvrir ses yeux sombres. Le regard qu’il lui lança la glaça toute entière. Il s’approcha d’elle. Elle recula, apeurée. Elle murmura affolée :
- Will, que fais tu ? Je… Je t’en prie, ne me fais aucun mal !
- Je ne suis pas comme toi ! Tu me demandes de te croire… Mais comment le pourrais je ? Tu m’as menti durant de si longs mois, et cela pour te protéger ! Savoir que je risquais de souffrir ne te faisait rien ! Tu n’es qu’une sale égoïste ! Je.. J’ai voulu recoller les morceaux, oublier… Oublier ce baiser… Votre baiser…
-Alors tu savais dès le début ? Dès le premier soir ?
-Je savais en effet. Et je t’ai vu pleurer. Je t’ai vue toute petite fille désemparée. J’ai fléchi. Je ne voulais que ton bonheur. Maintenant je voudrais être heureux moi aussi.
-William, tu es vraiment quelqu’un de bien.

Elle tenta d’approcher la main de son fiancé. Celui-ci la retira. Elizabeth en fut blessée, sincèrement.

- Non ! Pas de caresses, je n’en veux plus, cela me dégoûte !
- Alors que veux tu de moi ? Qu’attends tu ?
- Ce que je veux ? Mais je veux que tu m’aimes comme lui!Je te veux toute entière, corps et âme! Je veux te voir sourire ainsi quand tu penses à moi ! Que tu risques ta vie pour moi ! Je veux ma nuit de noce !

La jeune femme cilla. Jamais Will ne lui avait parlé sur ce ton. Jamais il n’avait exigé la moindre chose d’elle. Sans qu’elle s’en aperçoive, il s’était approché d’elle, pour enfin consommer par une étreinte leur serment. Quand elle s’en aperçut, elle recula, sur la défensive. Non, il ne pouvait pas, pas lui…

Le visage de Will ne se trouvait plus qu’à quelques centimètres de ses lèvres. Elle leva sur lui un regard implorant. Elle ne le voulait pas. Elle voulait qu’il la laisse tranquille. Il posa sa main puissante sur une poutre de bois. Elle était coincée, obligée de se plier à son destin. Le corps chaud de Will se moula au sien. Elle eu une brusque envie de vomir. Elle ferma ses yeux, tandis qu’il faisait courir ses mains impatientes sur ses courbes. Son esprit lui permettait de se détacher de la situation, de n’être plus qu’une poupée de chiffon entre les mains de son fiancé.
Far away
Long ago  
Glowing dim as an ember  
Things my heart used to know  
Once upon a December  
 



Elle commença à sentir une intense chaleur au creux de ses reins. Puis il y eu le souffle chaud de Will, qui lui léchait le visage. Elle attendit qu’il la fisse sienne. Mais rien de vint. Elle ré ouvrit les yeux. Le jeune homme l’observait, d’un regard qui la mettait à nue, qui l’irradiait toute entière. Puis il reprit, philosophe :
- Il va revenir. Je le sais. Nous allons le retrouver. Et ce jour là, tu devras choisir entre lui et moi. Choisir lequel de nous deux aura droit à tes faveurs, à tes sourires, à tes rires. Pour l’instant, tu es morte pour moi. Et tu ne vivras à mes yeux que lorsque tu auras fait ton choix.
- William, c’est toi que je choisirais . Mentit Elizabeth.
- Comment te faire confiance ?
-Tu ne peux pas… Pour le moment…
-Prends garde désormais, je ne serais plus là pour te protéger. Je pourrais même te porter préjudice, qui sait ? Après tout, moi aussi je suis un pirate !

Elle lui jeta un regard qu’il ne lui avait jamais connu. Pour la première fois de sa vie, Elizabeth comprit : Will n’était plus ce jeune homme honnête qu’elle connaissait. Elle le regardait avec ce mélange de fierté, de dégoût et de fascination qu’elle réservait à l’accoutumée à Jack. Elle se recroquevilla. Elle n’aimait plus William Turner, plus au point de l’épouser sans y être contrainte.

Maintenant, elle ne voulait que Jack Sparrow. En se comportant ainsi, Will avait fait une erreur. Au lieu de récupérer son cœur, il le perdait pour toujours. Il se pencha vers elle pour lui donner un baiser. Elle détourna la tête, et observa la sortie. Une voix rauque se fit entendre. Tia appelait la jeune fille. Elle laissa le jeune homme là, trop heureuse de se soustraire à son regard.

Arrivée sur le pont, elle s’accouda au bastingage et commença à rêver à une certaine curiosité, qu’elle avait assouvit ici même. Au-delà des mers, au bout du monde, elle rejoindrait cet homme, ce pirate qui lui avait dérobé son cœur. Elle observa l’horizon et dans les reflets du soleil couchant, elle entrevit ces prunelles noisette pour lesquelles elle se consumait d’amour…

.. And a song someone sings Once upon a December


_________________


Dernière édition par polinette sparrow le Lun 25 Fév - 13:34 (2008); édité 2 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 25 Fév - 01:08 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
lilouche-turner
Auteur
Auteur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2007
Messages: 488
Localisation: dans les bras de will, ou ailleurs avec jack lol)
Sexe: Féminin
Couple préféré: jack/angie will/moi

MessagePosté le: Lun 25 Fév - 12:46 (2008)    Sujet du message: Tears to share Répondre en citant

elle é triste  Crying or Very sad  
_________________



J'utilise un langage sms autorisé par l'admin (du à mon handicap - cf ma présentation)
Revenir en haut
MSN
Lizabeth
Lecteur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2009
Messages: 22
Localisation: FF NET
Sexe: Féminin
Couple préféré: Will & Eliza

MessagePosté le: Sam 28 Mar - 20:51 (2009)    Sujet du message: Tears to share Répondre en citant

Joli et convainquant mais pas vraiment willabeth. Trop de descriptions aussi
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:02 (2017)    Sujet du message: Tears to share

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L' Empress, la jonque de l'imaginaire Index du Forum -> WILLIAM TURNER & ELIZABETH SWANN -> Les One Shot -> Rating K à M Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com